Gilles Verneret

Updated — 03/03/2022

LA TRAVERSÉE, par Gilles Verneret, 2017


Mon travail d'artiste débute en 1973, avec la série E morto Picasso (chapitre Today and forever). À l'époque, l'usage de la couleur était considéré par la plupart des galeries ou revues comme réservé à la publicité, la mode ou la photo géographique.
Émerveillé par un ouvrage de Cartier Bresson, puis par le travail d'Edward Weston, j'ai appris la photographie en autodidacte, considérant le médium comme un moyen d'expression à l'égal des autres arts plastiques. Dès le début, j'ai eu l'envie de constituer une œuvre de mémoire, d'abord dans ma ville natale de Lyon. Dans les années 1990, je me suis penché sur "les oubliés de la société" en travaillant avec des centres sociaux. J'ai repris la photo couleur vers 2000, alors que j'ouvrais la galerie Le bleu du ciel, l'activité de directeur artistique se confondant désormais avec mon travail d'auteur.

Read more

Mon œuvre se présente sous trois principaux angles :
Le silence et l'oubli regroupe certains de mes travaux, constituant une sorte d'introduction aux deux autres volets :
J'aurais vu ce que d'autres yeux ont vu, relié à l'intériorité et la subjectivité, avec l'ambition de retourner sur les lieux de ces grands demeurants, écrivains ou artistes, qui m'ont influencé et ont marqué notre culture.
Le monde tel qu'il est, ensemble "extérieur" au titre quelque peu ironique, ayant la volonté de décrire le monde qui nous entoure.
Parallèlement, la série Today and forever, l'esprit des villes se déploie comme conservation de la mémoire des paysages urbains, vécus ou croisés, thème du festival Lyon septembre de la photographie dont j'étais le commissaire en 2004. The way back, en 2016, revient sur les traces des Sioux du Middle West des Etats-Unis.

Ma démarche s'inscrit dans un esprit de "straight photography", directe et spontanée, jamais mise en scène ni recadrée, laissant les imperfections exister comme le mouvement de la vie. J'agis par prélèvement de bouts de réel, dans une forme "d'esthétique de la banalité", tout en soignant la composition et le cadrage sous le coup de l'inspiration. L'articulation et le dialogue entre les images constituent une vision personnelle du monde, où la subjectivité est reine.

LE SILENCE ET L'OUBLI — 1976 - 2014


LE MONDE TEL QU'IL EST — 1989 - 2016


TODAY AND FOREVER, L'ESPRIT DES VILLES — 1973 - 2017


J'AURAIS VU CE QUE D'AUTRES YEUX ONT VU — 2001 - 2022


THE WAY BACK — 2016