Gilles Verneret
Dossier mis à jour — 03/03/2022

L'ombre de Venise : E morto Picasso

L'ombre de Venise : E morto Picasso, 1973-2013
Extrait d'un ensemble photographique
Argentique, couleur, dimensions variables

« Dans une station de vaporetto le 8 avril 1973, la nouvelle froissée « E morto Picasso » sonne comme le glas du décès de l'art dit « moderne » à deux pas de l'Accademia. L'ombre de Berlusconi croisée quarante ans plus tard dans ce petit hôtel rouge de la passion délivrée, où premières images, premier amour, premiers pas d'anniversaire, dansent, dansent devant les miroirs de la beauté, chaussée des regrets de l'art...  
Visite feutrée à l'île des morts où Diaghilev remue encore les âmes sautillantes, des décennies après que Nietzsche l'ait contemplée solitaire, du haut de son palais, appelant a Berlandis l'aurore des mots d'un retour qui n'aura jamais lieu...
Qui sait si le saut du temps et les photographies importent ? Au delà des âges, soixante treize, science mortelle et nostalgie balayée, du moins feront que les derniers soient les premiers... » G.V.

/