Gilles Verneret
Dossier mis à jour — 03/03/2022

Textes

Texte de Gilles Verneret

Introduction du chapitre Le monde tel qu'il est, 1989-2016

Depuis toujours j'ai considéré que la photographie devait être un reflet ou une lucarne sur le monde et en 2013, élaborant un commissariat pour le Bleu du ciel, je trouve ce titre "le monde tel qu'il est" qui m'est aussitôt reproché, l'art selon mes détracteurs ne pouvant que déformer l'image du monde.
Pour ma part, depuis mon travail sur "les prisonniers" dans les années quatre-vingt-dix, j'ai toujours alterné des travaux portant sur "l'extériorité" des choses avec d'autres portant sur la subjectivité intérieure. Les premiers enrichissant les seconds et inversement, la démarche personnelle orientant la direction et les sujets sur lesquels on veut apprendre.
"L'apprentissage du monde" est la trame du chapitre Le monde tel qu'il est, qui se présente souvent par opportunités ou hasards, le plus souvent dans le cadre d'une commande. Dans mon cas, les commandes provenaient de petites structures avec de petits budgets, mais rejoignaient mes préoccupations. Ayant fait un séjour en 1973 en hôpital psychiatrique afin d'être réformé au service militaire, j'avais le désir d'y retourner cette fois en témoin, la Ferme du Vinatier devait m'en donner la possibilité et je passais plusieurs mois dans une unité de jour ; comme l'armée quelques années plus tard qui nous fit la commande avec Julien Guinand d'un travail sur l'uniforme, que nous transformâmes en étude sur les exercices préparatoires à la vraie guerre, nommés "drills".
Dans la démarche documentaire, il y a la volonté de rendre compte d'un monde en trouvant la forme la plus adéquate à cette représentation, afin de permettre au spectateur de mieux comprendre la réalité décrite. Dans la période agitée que nous traversons, j'ai le sentiment qu'il y a une urgence à faire comprendre les mécanismes de "marchandisation" du monde et à les dénoncer. Le tout est de ne pas confondre la démarche militante avec celle de l'artiste. Ce dernier est un créateur de formes et non pas un photo reporter. À travers ces séries, j'ai tenté de délivrer ma petite touche à l'édifice de l'histoire d'un moment de notre société.

Texte de Nicolas Lebowitsky

Introduction du chapitre Today and forever, l'esprit des villes, 1973-2017

La mémoire au présent

Par Gilles Verneret
Introduction du chapitre J'aurais vu ce que d'autres yeux ont vu, 2001-2022