Jan Kopp
Dossier mis à jour — 10/05/2024

Le Jeu sans fin

Le Jeu sans fin, 2010

11 Pendules de Foucault, 3000 billes de verre, plateau en bois peint, 16 x 9 m
+ texte de Julie Portier, Berceuse philosophique, 2011

Suspendus aux poutres de la Grange, onze pendules de Foucault oscillent au dessus d'un socle constellé de billes colorées. Dans un mouvement lent et régulier, chaque sphère adopte une direction particulière. Présenté publiquement pour la première fois en 1851 au Panthéon de Paris, le pendule de Foucault est un instrument conçu pour mettre en évidence la rotation de la Terre. Détournant cet usage particulier, Jan Kopp tend à nous éloigner de toute logique scientifique. Un pendule peut venir croiser la trajectoire d'une bille de manière complètement imprévisible, sans que cela perturbe sa lente oscillation. Jan Kopp nous plonge dans une atmosphère poétique et méditative, au sein de laquelle nous sommes les contemplateurs d'un jeu sans règles, sans but et sans fin.

"De temps à autre et sans qu'il soit possible de le prévoir, ce dispositif est perturbé par le claquement et le roulement sonore d'une bille sur le plancher, heurté par un pendule dans sa course. Si le pendule de Foucault est un instrument scientifique qui matérialise la rotation de la terre, chacune de ces collisions ponctue ainsi la rencontre entre une mécanique cosmique inébranlable et une configuration aléatoire du réel à un moment donné. [...] Chaque collision est une promesse d'avènement du sens, d'ailleurs plus immédiatement identifié par le son qu'il produit que par son spectacle. Ainsi, le véritable ressort de l'œuvre est l'attente de l'événement, qu'il est lieu ou non." [...]

— Olivier Grasser, extrait, catalogue de l'exposition Das endlose Spiel, Kunstraum, Dornbirn, Autriche, 2010

/

Coproduction : Abbaye de Maubuisson / Conseil départemental du Val-d'Oise, Frac Alsace, Kunstraum Dornbirn, en partenariat avec le Musée des Arts et Métiers, Paris

Revue de presse : Julie Portier, Gaëtane Lamarche-Vadel, Gwendal Fossois, Jacinto Lageira, Joris Lacoste, Thierry Davila, Olivier Grasser, Marc Wellmann

© Adagp, Paris