Jan Kopp
Updated — 10/05/2024

Nowhere-Lands

Nowhere-Lands, 2001-2003

Environ 500 pochettes de disques (qui représentent des villes, montagnes, plages, ciels, déserts), disques vinyle, 2 platines "Technics", amplificateurs, 4 haut-parleurs, coussins, bois, dimensions variables
Produite à l'occasion de l'exposition Paysages d'entre-villes, Musée Zadkine, Paris, 2001

Nowhere-Lands à été produite pour l'exposition Paysages d'entre-villes au musée Zadkine, à Paris autour du thème de la friche et du terrain vague. Coutumier de ce thème, entre autres avec une œuvre intitulée Le Jardin des choses nommées, l'inventaire exhaustif d'un terrain vague, Jan Kopp a choisi d'interpréter ces paysages hybrides par l'utilisation du son. Il place deux tourne-disques opposés l'un à l'autre dont les bras sont reliés par une mince ficelle. Ainsi sous l'action contrariée des deux saphirs, le spectateur ne peut entendre une musique sans subir les distortions de l'autre. Ces harmonies rivales produisent un nouvel état de l'écoute musicale, à la fois combinée et incertaine. Chaque platine est disposée dans une sorte de cahute tout confort dans laquelle le public est invité à rester. Ces maisonnettes en forme de claustras cubiques sont recouvertes de pochettes des disques qui servent à l'installation sonore. La référence au paysage est renouvelée par le choix des pochettes donc chacune présente un aspect stéréotypique du genre, quelque soit l'origine des musiques qu'elles illustrent. Le fil tendu entre les bras des platines relie les deux espaces. Parents de la sculpture, de l'installation sonore, ou même environnementale, c'est avant tout un dispositif dont la magie du laisser-aller, le plaisir de l'incertitude, des bonnes attentes, tiennent véritablement à un fil.
/

Commissariat : François Quintin

Production : Musée Zadkine, Paris ; Galerie Grégoire Maisonneuve, Paris

Collection : Frac Champagne-Ardenne

© Adagp, Paris